La norme STEP est LE terme de standardisation dont on entend parler le plus dans le monde du PLM dès que l’on approche des contextes industriels avec de la mécanique. STEP représente « Standard for the Exchange of Product model data ». C’est le standard ISO 10303. Les modèles de données sont spécifiés en EXPRESS (ISO 10303-11), lisible par l’homme et la machine, et les données elles-mêmes sont présentées en Part 21 (ISO 10303), conçue pour être lue uniquement par la machine. Ainsi, Le part21 est un fichier texte qui n’est pas simple à approcher et qui fait même dépassé quand on a l’habitude de manipuler des données XML à travers des web services SOAP. J’avais été donc très intéressé par la démarche du passage de la norme STEP en XML, qui à mon avis favorise son essor. J’avais découvert ce projet à travers l’entreprise Boost Conseil qui était mandatée pour travailler sur cette version XML. Kevin Le Tutour a accepté de répondre à quelques questions concernant son entreprise et sa démarche autour des évolutions de la norme STEP.

L’interview

Peux-tu présenter en une phrase de type « elevator pitch » l’activité Boost Conseil?

Boost Conseil est un cabinet de conseil spécialisé en interopérabilité inter-entreprises basée sur les standards en maîtrisant l’ensemble de la pile des compétences: de la technologie jusqu’à la stratégie business.

Quel est votre lien avec la norme STEP?

Je suis membre du comité ISO de développement de la famille de standards STEP. J’ai été et je suis impliqué dans le développement et le test du standard STEP AP242 dédié à l’interopérabilité CAO & PDM pendant la phase design d’un produit.

Vous avez été l’acteur principal de la traduction de STEP au format XML. Qui a été l’initiateur de ce projet et dans quel but?

Les initiateurs principaux ont été l’industrie aérospatiale français et l’industrie automobile allemande. Officiellement les initiateurs sont les associations suivantes: ASD (Europe), GIFAS (France), AIA (USA), JAMA (Japon), VDA (Allemagne), PDES Inc (USA), ProSTEP iViP (Allemagne)

Quel est le statut de cette démarche aujourd’hui? Des exemples concrets d’utilisation?

La norme a été publiée en Décembre 2014. Selon les forums d’implémenteurs et projets de benchmark, cette norme supporte le cas d’utilisation de l’échange de données entre systèmes PDM, CAO et entre PDM et CAO, de structure produit configurée, stockée au format XML, avec des références vers des fichiers décrivant une géométrie exacte ou tessellée stockée au format standard (AP242 EXPRESS P21) ou natif.

Quel est la prochaine étape, quel est ton prochain challenge PLM?

Le prochain challenge est de dériver de multiples modèles d’implémentation (XSD, JSON, webservices) d’un modèle d’information indépendant des schémas d’implémentation grâce à une méthodologie de développement et de publication basée sur les modèles et basée sur des langages de spécifications connus dans le monde académique (UML, SysML).Cette méthodologie doit être associée à des tests de conformités et de qualité, doit faciliter les activités de forum d’implémenteurs et de benchmarking pour une implémentation industrielle accélérée. Cette méthodologie devra garantir que les différents protocoles d’application (design vs maintenance & support vs ingénierie système, etc) partagent le même sous ensemble de modèle de données ISO STEP pour garantir l’interopérabilité au cours du cycle de vie du produit.

Vous aussi, partagez vos travaux

Si comme Kevin vous voulez communiquer sur vos travaux dans le domaine du PLM, n’hésitez pas à commenter cet article pour montrer votre intérêt. Je reviendrai vers vous pour étudier le contenu que vous désirez partager.

Posted by Yoann Maingon

Consultant PLM avec des expériences autant côté métier que dans l'implémentation technique de solutions PLM et d'intégrations de systèmes, je partage avec vous mes expériences, mes recherches et mes développements à travers ce blog.