Les APIs ne sont pas nouvelles dans l’écosystème IT et bien sûr dans le monde du PLM. Les intégrations CAO/PDM ont très largement été basées sur la consommation des APIs des solutions CAO. Cependant, l’internet des objets, le cloud, la distribution d’application en mode SaaS a multiplié les opportunités de consommer des applications professionnelles à travers des API.

Comprendre ce qui se cache derrière chaque application

Quand on liste les applications que l’on utilise on se rend compte que plusieurs applications gèrent des fichiers, certaines applications permettent de communiquer entre utilisateurs, d’autres permettent d’envoyer des emails,… Ces fonctions sont achetées et maintenues autant de fois qu’elles existent dans votre panorama logiciel.

Slack s’est basé sur cette problématique pour promouvoir leur produit de communication d’entreprise.

Pour parler de PLM, Aras Innovator propose depuis la version 11 un module de social collaboration qui pourrait se rapprocher de Slack, sauf que tout le monde dans l’entreprise n’aura pas forcément accès à Aras Innovator, et des fonctions similaires risques d’être nécessaires dans d’autres applications comme le CRM par exemple. Je montrerai alors dans un prochain article comment communiquer avec Slack depuis Aras Innovator.

Il y avait une startup française qui avait pour but d’aider à la gestion de solutions SaaS dans l’entreprise. Cette startup qui a disparu depuis c’était Calabio. Cependant, je pense que l’avenir est plus de fournir une plate forme facilitant la gestion centralisée des API qui permettent aux interfaces métiers de l’entreprise de pouvoir les consommer simplement.

Dans ce style, j’ai déjà présenté Zapier qui est la couche qui va connecter des APIs entre elles de solutions SaaS auxquelles vous avez souscrit.

Préparer les directions informatiques

Cela demande une fois de plus de faire évoluer les directions informatiques. Pendant un temps, il va falloir mélanger une compétence technique afin de réaliser ou faire réaliser les interfaces métiers qui se placeront entre les utilisateurs et les APIs consommées, et une compétences d’acheteurs car il va falloir évaluer au niveau commercial les propositions des APIs du marché qui permettront une utilisation de services sur le long terme. Dans les prochaines années, il va y avoir aussi une importante gestion du changement à superviser pour petit à petit réaliser cette transition d’applications de domaines (ERP, CRM, PLM,…) à la mise en place d’interfaces métiers (Bureau d’étude, projeteur, acheter, opérateur sur chaîne d’assemblage,qualité,…)

Auditer son environnement informatique

Une fois que l’on estime avoir les compétences requises et la vision partagée, il est alors nécessaire de réaliser un audit des fonctions existantes en interne dans les logiciels possédés, des APIs existantes sur le marché qui permettraient de rendre transversale la gestion de certaines fonctions (emails, messagerie, fichiers,…) et d’estimer une roadmap réaliste de remplacement de certaines briques dans un but de gain de coûts et de limitation du risque à travers la réduction de silos de données et de fonctions.

Encore bonne année pour ceux qui n’auraient pas vu passer l’article précédent sur les 10 articles les plus lus de 2015.

Posted by Yoann Maingon

Consultant PLM avec des expériences autant côté métier que dans l’implémentation technique de solutions PLM et d’intégrations de systèmes, je partage avec vous mes expériences, mes recherches et mes développements à travers ce blog.