Aujourd’hui on a principalement deux des trois types de delivery As A Service (IaaS, PaaS, SaaS) dans le domaine du PLM. Ces deux modes de delivery pour l’instant sont IaaS et SaaS. Afin d’aider à l’adoption des standards et faciliter aussi l’entrée de nouveaux éditeurs permettant une compétition plus saine pour le bénéfice des clients finaux, il peut-être intéressant de voir éclore des plates-formes de services web orientés PLM.

Rappel des delivery « as a Service »

Cloud_computing_layers

  • IaaS (Infrastructure as a Service)

L’infrastructure comme service est la mise au disposition à la demande (en temps et en volume) d’infrastructure serveur. C’est l’amélioration des réseaux pour une part et l’explosion de la virtualisation qui ont permis de mettre de tels services en place. Des groupes tels qu’Amazon, Gogrid, RackSpace, Microsoft Azure, Google Compute Engine… vous permettent d’avoir accès à une grande diversité de serveurs potentiellement préparés sur la base d’images serveur mises à disposition par des communautés.

  • PaaS (Plateform as a Service)

La plateforme en tant que service se positionne à un niveau fonctionnel au dessus de l’infrastructure puisqu’ici on va pouvoir consommer des services tels que du stockage de données, de l’envoi d’email, des outils de développement,… Cela ne représente pas une application avec une interface finie pour un utilisateur final, mais cela peut déjà être orienté vers certaines applications. (un service d’email va bien sûr être le principal composant d’un logiciel d’emailing). C’est un outil puissant pour faciliter le développement d’applications finales, en permettant aux développeurs de raccourcir leurs délais de développement.

  • SaaS (Software as a Service)

Enfin le Logiciel comme un service est l’usage d’applications clientes à la demande, encore une fois autant en termes de temps d’utilisation que d’échelle au niveau du nombre d’utilisateurs sans avoir à gérer les conséquences sur les plateformes qui supportent l’application ni sur l’infrastructure.

Les exemples du PLM

En PLM, il y a eu ces dernières années de nouvelles solutions qui se sont lancées sur le cloud. Parmi celles-ci, il y a celle qui n’ont que profité de l’essort des IaaS en proposant de mettre à disposition des serveurs sur le cloud avec leur solution installée dessus (c’est ce que j’avais entrepris avec Aras Innovator en le mettant à disposition sur des serveurs Amazon. L’offre est depuis disponible sur le cloud Azure). D’autres solution comme Windchill de PTC par exemple avaient été mise à disposition de la même manière pour faciliter l’accès aux PME. Depuis il y a eu d’autres solutions qui, pour le coup, ont été réellement développées comme des solutions SaaS. Le pionnier a été Arena PLM suivi ensuite par Autodesk qui rachetait un petit éditeur (datastay) pour fournir le même type de service. Cependant, il y a beaucoup moins d’offres publiques sous forme de plateforme PaaS qui permettrait d’émuler des développements d’interfaces métiers et de réduire le temps de développement. Je pense qu’une initiative comme Boost Aero qui est une plateforme de standardisation des échanges entre industriels de l’aéronautique va dans ce sens, mais reste encore trop fortement ancrée entre les industriels et les principaux éditeurs PLM menacés par l’utilisation croissante des standards.

Le contenu d’une plateforme PLM

Alors si on en revient aux bases du PLM les fondamentaux que l’on pourrait traduire en services,  quels seraient les exemples de services disponibles? Je me propose de décrire quelques exemples de services de base:

  • createPart/updatePart : Ce service permettrait comme son nom anglais l’indique de créer un article. Cela impliquerai l’attribution d’un statut de cycle de vie, la définition de différents indices de version.
  • promoteLifeCycle: Ce service pourrait obtenir en entrée des arguments tels que : l’identifiant de l’objet promu, le statuts de départ, le statut d’arrivée, des méthodes métiers à lancer avant la promotion et après la promotion.
  • getBOM: Ce service donnerait l’intégralité d’une nomenclature avec différentes options
  • RetrieveAllData: Ce service un peu utopiste permettrait de récupérer tout ou portion de données stockées sur la base d’un standard PLM de données.

Ces services seraient mis à disposition à travers une API documentée favorisant le développement rapide de solutions PLM complètes.

 La technologie ne suffira pas

Quand je cite les différents  services potentiels, de nombreux connaisseurs du PLM se diront que c’est en quelque sorte ce qu’ils retrouvent déjà dans les solutions PLM existantes. Alors oui, mais ces services ne sont pas techniquement mis à disposition comme des services (PaaS) car vous devez considérer l’infrastructure et les services de gestion de données (base de données,…). Une fois ces éléments réglés, il manquera aussi une donnée importante: le modèle économique. Aujourd’hui, les modèles économiques des solutions PLM ne sont pas du tout compatible avec des services PaaS qui sont généralement liés à un volume d’activité, à un volume d’appels aux services web. C’est donc une donnée complémentaire importante qu’il faudra prendre en considération pour la mise à disposition d’une offre PaaS PLM.

[subscribe2]

 

Posted by Yoann Maingon

Consultant PLM avec des expériences autant côté métier que dans l’implémentation technique de solutions PLM et d’intégrations de systèmes, je partage avec vous mes expériences, mes recherches et mes développements à travers ce blog.